The Box Tops - The Letter

Composé par Wayne Carson (à qui l’on doit Always on My Mind popularisé par Elvis Presley et Willie Nelson), The Letter est le premier et (seul) plus gros succès du groupe tennessien The Box Tops. Carson fit parvenir sa démo parmi d’autres à Chips Moman qui venait d’ouvrir un studio à Memphis, l’American Sound. Ce lieu d’enregistrement eut une durée de vie de moins de cinq ans mais vit défiler les artistes les plus renommés de son époque (le King, Aretha Franklin, Bobby Womack, Neil Diamond…). Ça tombe bien, Moman a justement sous la main un groupe local The DeVilles, avec à sa tête un gamin de seize ans blanc comme un cul suédois mais qui chante comme un noir de Harlem. Alex Chilton va à lui seul populariser le courant « blue-eyed soul » que des groupes comme les Righteous Brothers ont déversé sur le pays depuis quelques années. Comprenez des blancs qui chantent comme des blacks. Chilton a bien appris ses leçons de Rythm & Blues et des titres Motown qui passent en boucle sur les radios locales et sa voix rauque et chaude comme une bière sous le soleil sudiste inspire davantage l’image d’un chanteur marqué par le temps que celle d’un jeune minot encore puceau. L’orgue est inspiré de I’m a Believer des Monkees et la basse sournoise sonne typiquement comme un enregistrement Stax ou Atlantis. Les bruits de réacteurs que l’on peut entendre à la fin du morceau sont une idée du producteur Dan Penn, contre l’avis de Chips Moman.

Le futur hit mis en boîte (sans mauvais jeu de mots), le groupe se posa enfin la question de savoir sous quel nom ils le sortiraient. Un des membres suggéra alors d’organiser une tombola où les participants paieraient 50 cents contre un « Box Top » (on peut le traduire par « coupon », ceux qu’on découpe sur les emballages). Avec une durée de 1 :58, The Letter fut le dernier numéro 1 des charts à faire moins de 2 minutes.

A sa sortie en aout 1967, le titre grimpe directement à la première place des charts américains et canadiens et est certifié disque d’or avec plus d’un million de singles vendus. The Box Tops ne survécut pas à ce succès trop instantané malgré la profusion de singles (une dizaine en seulement deux ans) que le groupe grava. Alex Chilton s’envola quant à lui, non pas en avion, mais former le groupe Big Star qui connut le succès au début des années 70.

De nombreux artistes gravèrent leur version de ce titre, des Beach Boys à Al Green en passant par Bob Marley ou Joe Cocker qui en fit un hit aux Etats-Unis. En France, Herbert Léonard l’adapta dans la langue de Molière, ainsi que Les Misérables et Patrick Zabé (sous les titres respectifs Une lettre et La lettre). Allez, je ne résiste pas à l’envie de vous glisser la version endiablée du plombier de Sheffield datée de 1970.

Paroles:

Gimme a ticket for an aeroplane
Ain't got time to take a fast train
Lonely days are gone, I'm a-goin' home
My baby, just-a wrote me a letter

I don't care how much money I gotta spend
Got to get back to my baby again
Lonely days are gone, I'm a-goin' home
My baby, just-a wrote me a letter

Well, she wrote me a letter
Said she couldn't live without me no more
Listen mister, can't you see I got to get back
To my baby once-a more
Anyway, yeah!

Gimme a ticket for an aeroplane
Ain't got time to take a fast train
Lonely days are gone, I'm a-goin' home
My baby, just-a wrote me a letter

Well, she wrote me a letter
Said she couldn't live without me no more
Listen mister, can't you see I got to get back
To my baby once-a more
Anyway, yeah!

Gimme a ticket for an aeroplane
Ain't got time to take a fast train
Lonely days are gone, I'm a-goin' home
My baby, just-a wrote me a letter, my baby just-a wrote me a letter

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
Aucune entrée disponible