The Band - The Weight

Aux origines de The Band, né des cendres fumantes de The Hawks le groupe de Ronnie Hawkins, plane l’ombre démesurée du Zimm. Plus connu sous le nom de Bob Dylan. En quête de musiciens pour sa première tournée électrique, c’est sur les conseils du bluesman John Hammond Jr. qu’il s’attache les services des canadiens à l’été 1965. Sobrement nommé Bob Dylan & The Band, dénomination qu’ils s’approprieront par la suite, les concerts donnés aux quatre coins du pays sont froidement reçus par les puristes folk voyant dans le virage musical du Zimm une hérésie impardonnable. Si bien que le batteur Levon Helm, las des sifflets et jets de bouteilles, claquera la porte avant l’heure pour partir sur une plate-forme pétrolière dans le Golfe du Mexique. Entre deux dates ils passent quelques jours dans sa demeure de Woodstock dans l’état de New York où ils potassent les titres qui finiront l’année suivante sur Blonde on Blonde. La joyeuse bande enchaînera une tourné européenne mouvementée qui connaîtra son paroxysme au Free Trade Hall de Manchester quand un spectateur remonté qualifiera un Dylan amphétaminé de « Judas » ce à quoi il répondra passablement énervé « Je ne te crois pas, menteur » avant de se lançer dans une version de Like a Rolling Stone plus rock et acidulée que jamais. L’été suivant, son accident de Triumph qui le laissera pour mort et constituera le tournant de sa carrière, sonne la fin de la récréation. En pleine convalescence, Dylan et The Band enregistrent une centaine de morceaux qui deviendront The Basement Tapes, album resté secret jusqu’en 1975. Les sessions prennent place dans la cave de la nouvelle baraque acquise par le bassiste Rick Danko et baptisée « Big Pink » pour ses murs à planches roses. C’est dans cette vieille bicoque de West Saugerties, sous la tutelle du génie de Duluth (qui peindra la pochette de leur premier LP Music from the Big Pink), que The Band bâtit sa personnalité musicale atypique, mélange de country, folk, rock et rythm & blues. Les années passées sur les routes et à jouer pour les autres ont développé une cohésion parfaite entre chaque membre du groupe, tous multi-instrumentistes. Parmi toutes les compositions qui fleurissent au sein de la « maison rose », une en particulier va synthétiser à elle-seule le son The Band et devenir un pan icônique de la culture américaine. The Weight vient d’une idée du guitariste Robbie Robertson, fortement influencé par le travail du cinéaste espagnol Luis Buñuel et ses réalisations surréalistes aux personnages atypiques. Il en tire un texte ambigu et mystique qui fera couler beaucoup d’encre pour ses allusions bibliques supposées. Robertson a toujours juré le contraire même si la métaphore ne lui déplaisait pas pour autant. Le périple du protagoniste l’emmène à Nazareth, Pensylvannie (et non en Israël) pour visiter plusieurs personnes sur recommandation de son amie Fanny. The Weight est ce poids de la promesse passée. Ce périple qui prend des airs de pèlerinage trouve sa source dans le premier voyage de Robertson au travers des états américains de la Pensylvannie à l’Arkansas jusqu’à la Mecque que symbolisait pour lui Memphis, Tennessee. Pour le jeune canadien, le dépaysement engendré marqua durablement l’artiste et son œuvre. Et pas seulement lui. Les sorties de Music from the Big Pink à l’été 1968 et de son single un mois plus tard auront un impact considérable sur ses contemporains. David Crosby et Stephen Stills, orphelins respectivement des Byrds et de Buffalo Springfield, quitteront leur retraite de Laurel Canyon pour fonder avec Graham Nash des Hollies le supergroupe Crosby, Stills & Nash. De l’autre côté de l’Atlantique, Eric Clapton qui commence à se morfondre avec Cream prendra ce retour aux sources en pleine gueule et le poussera sur la voie de Blind Faith, Delaney and Bonnie et Derek and the Dominos. George Harrison, un autre guitariste en mal de nouvelles sensations, puisera l’inspiration pour son triple album expiatoire All Things Must Pass. Quant à un certain Roger Waters, il le place même au deuxième rang des albums les plus influents de sa carrière derrière Sgt. Pepper’s. Pas mal pour un « band » qui n’avait au final même pas de nom.

Le single ne fit pas un franc carton dans les charts, pointant seulement à la 63ème place du Billbaord américain. Au Canada il finit 35ème et c’est en Grande-Bretagne qu’il atteindra son meilleur rang, à la 21ème position. Ses différentes reprises auront davantage de succès, celle d’Aretha Franklin grimpant à la 19ème place et celle de Diana Ross à la 46ème.

The Weight est devenu un standard joué à de multiples reprises. The Supremes, Aretha Franklin, Joe Cocker, Jackie DeShannon, Dionne Warwick et plus récemment Travis, Weezer, The Black Keys ou Panic! At The Disco l’ont tous adopté au fil des années. Christopher Stills, fils de Stephen Stills et Véronique Sanson, l’adapte en français en 2006 sous le titre Fanny.

Paroles

I pulled into Nazareth, was feeling 'bout half past dead
I just need some place where I can lay my head
Hey, mister, can you tell me, where a man might find a bed?
He just grinned and shook my hand, "No" was all he said.

Take a load off Fanny, take a load for free
Take a load off Fanny, and you put the load right on me

I picked up my bags, I went looking for a place to hide
When I saw old Carmen and the Devil, walking side by side
I said, "Hey, Carmen, c'mon, let's go downtown"
She said, "I gotta go, but my friend can stick around"

Take a load off Fanny, take a load for free
Take a load off Fanny, and you put the load right on me

Go down, Miss Moses, ain't nothin' you can say
It's just old Luke, and Luke's waiting on the judgment day
Well, Luke, my friend, what about young Annalee
He said, "Do me a favor, son, won't you stay and keep Annalee company"

Take a load off Fanny, take a load for free
Take a load off Fanny, and you put the load right on me

Crazy Chester followed me, and he caught me in the fog
Said, "I will fix your rag, if you'll take Jack, my dog"
I said, "Wait a minute Chester, you know, I'm a peaceful man"
He said, "That's okay, boy, won't you feed him when you can"

Take a load off Fanny, take a load for free
Take a load off Fanny, and you put the load right on me

Catch the cannonball, now to take me down the line
My bag is sinking low, and I do believe it's time
To get back to Miss Fanny, you know she's the only one
Who sent me here, with her regards for everyone

Take a load off Fanny, take a load for free
Take a load off Fanny, and you put the load right on me