Wilson Pickett - In the Midnight Hour

Wilson Pickett n’est pas à franc parler un artiste au succès sans lendemain. On se souvient de sa version de Land of 1000 Dances qui n’était pas une création originale mais mit le feu aux pistes de danse du monde entier dans les années soixante-dix. Ou bien encore Mustang Sally sorti en la prolifique année 66. Mais à tort ou à raison, on se rappelle du chanteur soul pour son titre In The Midnight Hour. Celui qui lança définitivement sa carrière. Et cette dernière commence du côté de Prattville en Alabama où Pickett donne de la voix dans les offices religieux. Il met ensuite les voiles sur Detroit comme il est coutume alors et intègre le groupe soul The Falcons qui comprend aussi Eddie Floyd avec qui il se lie d’amitié. Les deux seront amenés à se revoir plus d’une fois et ce n’est pas un hasard si leurs œuvres respectives se verront souvent confondues (Knock on Wood, c’est Pickett ou Floyd ?). Mais pour l’heure, l’artiste cherche à voler de ses propres ailes. Il sort donc If You Need Me sa première composition sur le petit label de Lloyd Price, Double L Records. Le single ne rencontre qu’un succès modéré mais tape dans l’oreille de Solomon Burke, déjà star nationale chez Atlantic. Au lieu de signer l’auteur original, le légendaire producteur Jerry Wexler fait enregistrer le titre à son poulain, ce que Pickett mettra des années à digérer. Le morceau est un carton et finira très vite dans le répertoire standard des Rolling Stones qui l’enregistreront en 1964 sur leur album 12X5. Sur insistance de Solomon Burke, Wexler finit tout de même par signer Pickett. Mais son premier effort chez Atlantic, Come Home Baby un duo avec la chanteuse Tami Lynn, est un flop retentissant. Le producteur a alors une idée lumineuse pour relancer la carrière de son nouveau poulain. Il décide de le renvoyer dans ses terres sudistes pour le confier à Stax, le label de Jim Stewart qui monte et vient de propulser la carrière d’un certain Otis Redding. Arrivé à Memphis il fait la rencontre de la colonne vertébrale de Stax Records, le guitariste Steve Cropper, le batteur Al Jackson et l’organiste Booker T. Jones (les deux derniers membres de Booker T. & The MG’s). Pickett et Cropper se retrouvent ensuite au fameux Lorraine Motel (où le guitariste et Eddie Floyd composeront Knock on Wood l’été suivant) pour en ressortir avec In The Midnight Hour. A noter aussi que Cropper sera crédité en 1967 comme co-compositeur de Sittin’ on the Dock of the Bay, le dernier et plus célèbre titre du regretté Otis Redding. Quant au titre, il vient d’un chant gospel que Pickett avait l’habitude d’entonner plus jeune dans les églises d’Alabama. Alors que les deux compères travaillent leur futur hit, il se met à fredonner « See my Jesus in the midnight hour » en boucle. Cropper suggère alors de garder ce texte mais plutôt de chanter « I’m gonna see my girl in the midnight hour » et on l’en remercie encore. Le lendemain ils sont de retour au studio Stax et présentent fièrement leur création. Mais Jerry Wexler n’est pas satisfait par le rythme du morceau et demande à ce que le tempo soit changé afin de coller à l’actualité du moment. A savoir le jerk (littéralement « secousse »), cette danse de quartier qui secoue les Etats-Unis et popularisée par des groupes comme The Larks ou The Miracles. Et pour appuyer ses propos, ce petit juif new-yorkais se lance dans un numéro endiablé sous les rires de tout le personnel de Stax Records. Heureusement Al Jackson et Steve Cropper avaient déjà remarqué des gamins danser de la sorte lors d’un concert à Detroit et ils n’eurent pas trop de mal à comprendre où l’homme d’affaires voulait en venir. Le voyage à la Mecque que représente Memphis n’aura donc pas été vain. In The Midnight Hour propulse Wilson Pickett au rang de star iconique des studios Atlantic pour le plus grand bonheur de Wexler mais aussi Ahmet Ertegun qui voient enfin leur pari porter ses fruits. Le kid d’Alabama connaîtra de nombreux autres succès avec notamment des reprises à la sauce Soul des grands morceaux rock comme Hey Jude (avec ce solo légendaire de Duane Allman à la guitare), Born to Be Wild, Hey Joe ou Sugar, Sugar. A la question d’un journaliste lui demandant ce qu’il se passait réellement à minuit, il répondait avec humour : « Pas mal de choses, vous pouvez avoir à sortir le chien par exemple. »

Le single grimpe à la première place du Billboard R&B et bloque à la 21ème position du Hot 100. Au Royaume-Uni, il passe 38 semaines dans le Top 40 où il monte jusqu’à la 7ème marche. Le disque s’écoule initialement à 300.000 copies avant d’être plus tard certifié disque d’or avec plus d’un million d’exemplaires vendus.

In The Midnight Hour a été repris par B.J. Thomas, Johnny Rivers, Mary Wells, The Young Rascals, Jackie Wilson ou Ben E. King dans les années soixante. Them, The Grateful Dead, Roxy Music, B.B. King, Tina Turner et James Taylor ont eux aussi gravé ce morceau dans leur répertoire. En France c’est une fois de plus Johnny Hallyday en pleine amorce soul (il s’occupera de Knock on Wood l’année suivante) qui signe la première adaptation, avec l’aide de son parolier Georges Aber, sous le titre Jusqu’à minuit. A noter que ce titre apparait en face B du 45 tours Je l’aime qui est lui-même une adaptation du Girl des Beatles issu de Rubber Soul (1965).

Paroles

I'm gonna wait 'till the midnight hour
That's when my love come tumbling down
I'm gonna wait 'till the midnight hour
When there' no one else around
I'm gonna take you, girl, and hold you
And do all things I told you, in the midnight hour

Yes I am, oh yes I am
One thing I just wanna say, right here

I'm gonna wait till the stars come out
And see that twinkle in your eyes
I'm gonna wait 'till the midnight hour
That's when my love begins to shine

You're the only girl I know
Can really love me so, in the midnight hour

Oh yeah, in the midnight hour
Yeah, all right, play it for me one time, now

I'm gonna wait 'till the midnight hour
That's when my love come tumbling down
I'm gonna wait, way in the midnight hour
That's when my love begin to shine, just you and I
Oh, baby, just you and I
Nobody around, baby, just you and I
Oh, right, you know what?
I'm gonna hold you in my arms, just you and I
Oh yeah, in the midnight hour
Oh, baby, in the midnight hour

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
Aucune entrée disponible