Gerry Rafferty - Baker Street

Il aura fallu trois longues années à l’écossais Gerry Rafferty pour délivrer son album City to City après la dissolution de son précédent groupe Stealers Wheel, principalement connu pour son hit Stuck in the Middle with You. L’histoire avec son compatriote Joe Egan se terminera devant les tribunaux dans un feuilleton juridique éreintant qui laissera Rafferty vidé et amer. Lors de ses incessants voyages entre son Glasgow natal et Londres pour les entrevues avec son avocat, il loge chez un ami qui réside sur… Baker Street. La rue située dans Westminster est célèbre dans le monde entier pour être la résidence fictive du détective Sherlock Holmes, personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle. C’est chez son pote que Rafferty tue le temps à gratter sa guitare et tire une première ébauche à qui il donnera le nom de la rue. Miné dans sa vie professionnelle, il se réfugie alors dans l’alcool. La bouteille ne le quittera plus jusqu’à sa mort en 2011. Les paroles qu’il écrit alors reflètent parfaitement le mal-être de cette situation et le besoin de se vider la tête de toutes ces emmerdes. Sa fille Martha a depuis confié que l’essai L’homme en dehors de l’écrivain Colin Wilson qui traite de l’aliénation et la place de chacun dans la société, fut une réelle source d’inspiration pour Gerry. Ce dernier conclue tout de même avec une note d’optimisme entrapercevoir le bout du tunnel. A son arrivée en studio, Baker Street n’est encore qu’une démo ne comportant pas son légendaire solo de saxophone. Sur la partition griffonnée, beaucoup de mesures sont encore vides. Pour l’intro, Rafferty pensait d’abord à la chanter puis à un solo de guitare qui fut même gravé. Mais le saxophoniste Raphael Ravenscroft lui suggéra de le laisser jouer de son sax alto qui trainait dans sa voiture. Il n’est pas trop osé d’affirmer que sans lui, le morceau n’aurait probablement pas eu le même impact. Ce solo de saxophone va alors re-populariser l’instrument qui sonnait jusque-là vieillot et se retrouver chez de nombreux artistes soft-rock comme Dire Straits, Billy Joel ou le tout aussi célèbre Careless Whisperer de George Michael. Cet effort va ouvrir de jolies portes à Ravenscroft, qui sera amené à travailler avec Pink Floyd sur The Final Cut, ABBA ou encore Marvin Gaye. Pour la petite histoire, il reçut un chèque de seulement 27 livres pour cet apport primordial. Mais le plus drôle est qu’il ne put même pas l’encaisser, ce dernier étant sans provisions. Le chèque finit encadré et accroché au mur son de avocat.

Quant à Rafferty, il n’a jamais accepté que Baker Street soit utilisé dans des spots publicitaires alors que des sommes faramineuses lui étaient proposées. Pas bien grave quand on sait que ses droits d’auteur sur ce morceau lui rapportaient annuellement pas loin de 100.000 euros.

Le titre a été repris par Undercover, Rick Springfield, Foo Fighters, le chanteur country Waylon Jennings, les instrumentistes Shadows et même l’orchestre symphonique de Londres. Baker Street atteint la troisième place des charts anglais et la seconde marche du Billboard américain où il reste six semaines. Il est certifié disque d’or des deux côtés de l’Atlantique et s’écoulera sur le long terme à plus de deux millions de copies. Il fait aussi partie des chansons les plus diffusées sur le sol britannique avec plus de cinq millions de passages. Le LP City to City se vendra quant à lui à 5,5 millions d’exemplaires, bien aidé par le deuxième single Right Down the Line.

Paroles

Winding your way down on Baker Street
Light in your head and dead on your feet
Well, another crazy day
You'll drink the night away
And forget about everything
This city desert makes you feel so cold
It's got so many people, but it's got no soul
And it's taken you so long
To find out you were wrong
When you thought it held everything

You used to think that it was so easy
You used to say that it was so easy
But you're trying, you're trying now
Another year and then you'd be happy
Just one more year and then you'd be happy
But you're crying, you're crying now

Way down the street there's a light in his place
He opens the door, he's got that look on his face
And he asks you where you've been
You tell him who you've seen
And you talk about anything
He's got this dream about buying some land
He's gonna give up the booze and the one-night stands
And then he'll settle down
In some quiet little town
And forget about everything

But you know he'll always keep moving
You know he's never gonna stop moving
'Cause he's rolling, he's the rolling stone
And when you wake up, it's a new morning
The sun is shining, it's a new morning
And you're going, you're going home

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
Aucune entrée disponible