Yes - Owner of a Lonely Heart

Le groupe de rock progressif anglais Yes peut se vanter d’une longévité exceptionnelle dans le milieu, toujours en activité depuis 1968 avec un seul hiatus (hormis la pause de 2004) en 1980 consécutif au départ de Jon Anderson. Plusieurs membres partiront monter des side-projects aux destins divers. Comme le supergroupe Asia fondé par Squire de Yes, Wetton de King Crimson, Palmer de Emerson, Lake & Palmer et Downes des Buggles qui connaîtra le succès avec le numéro un Heat of the Moment en 1982. Le batteur Alan White (célèbre pour avoir bossé avec Joe Cocker, George Harrison, Plastic Ono Band et sur Imagine de Lennon) retrouve l’infatigable Chris Squire et Jimmy Page pour monter XYZ (eX Yes & Zeppelin), formation éphémère rapidement tuée dans l’œuf par la jalousie de Robert Plant. Plusieurs démos non abouties échoueront sur 90125 (fait rare pour l’époque, la pochette fut créée sur un ordinateur Apple IIe) dont tous les morceaux sont d’ailleurs co-signés par Trevor Rabin. Comme le titre phare qui remonte à une idée de 1979 alors qu’il se trouvait… sur ses chiottes où l’acoustique était parait-il excellente. C’est sur son trône qu’il pondra (?) le refrain et la ligne de basse de Owner of a Lonely Heart. Jon Anderson signe le reste des paroles sur le thème de la solitude ainsi que son grand retour au sein de Yes après que Squire lui fit écouter les bandes du nouvel album sur l’autoradio de sa voiture. Malgré que le titre ait reçu un accueil mitigé par de nombreuses maisons de disques avant sa sortie, le groupe put compter sur le soutien indéfectible du légendaire Ahmet Ertegun, patron d’Atlantic. Conscient du potentiel hit de Owner of a Lonely Heart, il finança la moitié restante de la production, Atco s’occupant d’une promotion démesurée aux Etats-Unis. Premier single tiré de l’album, il décontenança naturellement les fans de la première heure ne reconnaissant plus les envolées progressives du Yes des seventies. Ce qui explique que le single et l’album furent froidement reçus en Grande-Bretagne. En revanche ce virage pop-rock calibré FM trouva un nouveau public sur le sol américain qui ne connaissait pas forcément les précédents albums du groupe, bien aidé par le clip de MTV. A partir de 1989 le groupe Yes va se scinder en deux, donnant Yes-West basé aux Etats-Unis (avec Rabin, Squire, Kaye et White) et Yes-East resté à Londres (Anderson, Howe, Bruford, Wakeman).

Le single grimpe à la première place de l’U.S. Billboard, une première et dernière pour Yes. Il reste deux semaines au sommet des charts avec le mérite d’avoir délogé le hit Say Say Say signé Paul McCartney/Michael Jackson. En Angleterre, il atteint timidement la 28ème position mais obtient plus de succès dans le reste de l’Europe comme la France où il termine 4ème tournant en boucle sur les radios. Soulignons quand même que le producteur Trevor Horn occupa la première place des charts anglais avec un autre groupe Frankie Goes to Hollywood et le titre Relax, faisant de lui le premier à être simultanément numéro un des deux côtés de l’Atlantique avec deux formations différentes. Le 45 tours se vendra à plus de 7 millions d’exemplaires à travers le monde, record ultime du groupe. Idem pour le LP 90125 qui partira dans plus de 4 millions de foyers dont 3 millions rien que pour les Etats-Unis.

Owner of a a Lonely Heart a été repris par Michael Jackson, Frank Zappa ou plus récemment les new-yorkais de Grizzly Bear ou le chanteur Seal. Pas de reprise en français cette fois (ouf). Le clip vidéo psychédélique et kafkaïen est l’œuvre de Storm Thorgerson du collectif Hipgnosis, célèbre pour avoir réalisé les pochettes de Pink Floyd. Il fut diffusé à grande échelle sur MTV qui détenait un gros catalogue rock à l’époque.

Paroles

Move yourself, you always live your life
Never thinking of the future
Prove yourself
You are the move you make
Take your chances win or loser

See yourself, you are the steps you take
You and you and that's the only way
Shake, shake yourself
You are every move you make
So the story goes

Owner of a lonely heart
Owner of a lonely heart
(Much better than a)
Owner of a broken heart
Owner of a lonely heart

Say, you don't want to chance it
You've been hassled before
Watch it now, eagle in the sky
How he dancin' one and only

You, lose yourself , no not for pity's sake
There's no real reason to be lonely
Be yourself, give your free will a chance
You've got to work to succeed

Owner of a lonely heart
Owner of a lonely heart
(Much better than a)
Owner of a broken heart
Owner of a lonely heart

After my own indecision, they confused me so
(Owner of a lonely heart)
My love said never question your will at all
In the end you've got to go, look before you leap
(Owner of a lonely heart)
And don't you hesitate at all, no no

Owner of a lonely heart
Owner of a lonely heart
(Much better than a)
Owner of a broken heart
Owner of a lonely heart

Owner of a lonely heart
Owner of a lonely heart
(Much better than a)
Owner of a broken heart
Owner of a lonely heart

Sooner or later each conclusion
Will decide the lonely heart
(Owner of a lonely heart)
It will excite it will delight
It will give a better start
(Owner of a lonely heart)

Don't deceive your free will at all
Don't deceive your free will at all
(Owner of a lonely heart)
Don't deceive your free will at all
Just receive it, just receive it

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
Aucune entrée disponible